logo_escot icone_boutique
en_savoir_plus7
  Le boeuf exige le meilleur
 
 
fotolia 34049833A chaque recette ou presque son accord parfait ! On ne boira pas le même vin sur une pièce de bœuf selon qu’elle est crue ou grillée, rôtie ou en sauce.
Commençons par griller quelques morceaux de choix : la côte de bœuf, l’entrecôte, le filet. Il mérite un vin bien charpenté, de préférence boisé pour accompagner le goût de la grillade. On pense à la fine fleur du Médoc, à un Cahors, un Madiran, un vin de Provence ou encore, pour les amateurs de Bourgogne, à un Côte de Nuits.

Et pour une fondue bourguigonne ? Des rouges de Bourgogne, bien sûr, dès lors qu’il est sur la souplesse et le fruit. Mais aussi de la Vallée de la Loire, du Beaujolais. Plus inédit mais tout aussi réussi : un rosé de Provence ! Même chose pour des brochettes.

Pour le rosbeef, parce qu’il est rôti, on recherchera moins de tannins que précédemment et piochera donc du côté du Bordelais (Graves, Pomerol ou Medoc), de la Loire (un Chinon), de la Vallée du Rhône (un Gigondas ou un Vacqueyras), de la Bourgogne (Volnay ou Pommard) ou du littoral méditerranéen (Faugères, Côtes de Provence, Coteaux Varois en Provence). Le lendemain, servi froid avec une bonne moutarde, ce même rôti s’accommodera très bien d’un rosé de Provence.

Le bœuf s’apprécie également cru. En carpaccio comme en tartare, il supporte les trois couleurs : le rouge (avec un vin de soleil, léger mais fruité, pour accompagner l’huile d’olive, comme en font si bien la Provence et le Languedoc), le rosé, voire un blanc sec (Chablis, Bourgogne aligoté ou Minervois).

Passons à présent à des plats cuisinés. La daube, le steack sauce au poivre ou encore la queue de bœuf braisée réclament des rouges puissants et aromatiques comme on en trouve dans la Vallée du Rhône, dans le Pays basque ou en Provence. Même chose pour un chili con carne ou un goulash, à un détail près : on peut osé ici un rosé. Le bœuf bourguignon demande lui aussi du répondant, mais il exige également de l’élégance. Ainsi, les parfums subtils d’un vieux Bandol ou d’un Chateauneuf du Pape font-ils merveille sur ce plat. Enfin, pour un pot au feu, on ira sur un vin fruité du Beaujolais ou de la Loire, un merlot du Bordelais ou un pinot noir de Bourgogne ou d’Alsace.

 

typo coupcoeur3Cette cuvée d'exception accompagnera avec talent les pièces les plus nobles du bœuf : côte, entrecôte ou filet. Son élégance et sa profondeur l'indique également pour un rosbeef saignant, surtout s'il est accompagné d'une belle poêlée de champignons, ou bien encore sur un bœuf bourguignon.

panier